Deux ans après sa mise en service, où en est le BUE au Sud?

Dimanche 13 Novembre 2016.

Deux ans après sa mise en service, pour la partie située entre l'avenue Garibaldi et l'avenue Franklin Roosevelt, le BUE (Boulevard Urbain Est) interroge toujours autant les vaudais.

Au premier rang des questions, la sécurité est un point clé. Il faut se remémorer les conditions tragiques d'ouverture de cette voirie: une jeune fille était décédée suite à un accident de la route de nuit sur ce nouvel axe quelques jours après son ouverture. Il faut dire que son organisation (2 X 2 voies + 2 larges trottoirs + 1 voie en AR de bus + 1 voie pour les cycles en AR) est loin d'être simple d'autant plus que lors de l'ouverture la voie pour cycle fut fermée par de grosses bordures augmentant dès lors l'illisibilité du système.

Très vite ce boulevard a été limité en vitesse à 50 km/h et des contrôles routiers de vitesse ont été réalisé; peu de gens respectent cette limite car la largeur de la route, très peu fréquentée, sans obstacle ni piétons, ne peut que conférer aux automobilistes une relative tranquillité. Sur ce point la maréchaussée surveille donc et les choses sont plutôt à l'apaisement.

Par contre un point qui ne va pas en s'arrangeant est l'éclairage. Evidemment neuf il n'a que très peu fonctionné. Les raisons données sont le vol des câbles par les ROMS dont le camp de la Soie était très proche. Mais depuis près d'un an ce camp a été démantelé et les voitures comme les piétons ou les vélos doivent se résigner à circuler dans le noir dès la nuit tombée. Pas du meilleur gout pour la sécurité des transports.

La fréquentation est aussi une vraie interrogation pour tous. Il n'y a bien souvent personne (la photo prise ci-dessus en est témoin). Prévue à l'origine pour être reliée au Nord à la Rocade Est au niveau de l'échangeur de la Rize, mais cet aménagement n'étant toujours pas réalisé, le BUE est donc sous utilisé. Et pourtant les études de trafic annonçaient bruit et pollution et justifiaient aussi ce tracé dans l'enquête d'utilité publique d'origine de 2010 par un tracé essentiel pour rejoindre le Grand Stade; il semble bien que le Grand Stade fonctionne sans cette connexion. Finalement pourquoi l'avoir fait? Une question qui risque de rester sans trop de réponse encore un bon moment. Hasardons nous à quelques hypothèses: l'urgence de dépenser quelques budgets d'argent public avant une réélection, le souhait d'apporter un bel aménagement un peu confidentiel à ce quartier pour valoriser cette friche un peu perdu, valoriser quelques terrains autour pour des opérations de promotion immobilière,...

Les accès au BUE sont aussi une interrogation depuis au moins 5 ans. Comment faire pour que les habitants locaux puissent utiliser cette route le plus simplement possible tout en respectant l'environnement et en évitant que des centaines de voitures ne viennent traverser ce quartier résidentiel? Pour l'instant la Ville et la Métropole ne se positionnent pas trop mais il est clair que le projet de circulation dans le quartier a été imaginé avec des accès qui ne sont pas encore crée. Il suffit de se retrouver coincé un soir vers 18h dans ce quartier entre la route de Genas passée à 1 X 2 voies (là où avant on ne circulait pas à 2 X 2 voies!), les barrières du tramway qui aux heures de pointe ont du mal à se lever, les rues à sens unique ou gorgées de voitures sur les trottoirs autour du pôle multimodal, pour comprendre que cela ne marche pas et qu'il faut résoudre les problèmes. Mais pas sûr que la solution soit de créer un accès au BUE en plein milieu des Grandes Cités. En attendant le conseil de quartier est mobilisé et les riverains se plaignent que rien ne bouge car le terrain réservé n'est même pas entretenu (voir l'article du Progrès ci-dessous et lire l'ensemble que www.leprogrès.fr).

Enfin, depuis quelques mois, les transports en commun du BUE sont aussi une question. Prévu initialement pour accueillir le fameux axe A8 de liaison entre les villes de l'Est lyonnais écrit en 1997 (il s'est fait doubler par le tramway pour le Grand Stade), il n'y a toujours pas de ligne officielle qui le sillonne. Pourtant sur quelques portions les bordures de fermeture ont disparu et selon certains riverains attentifs, des bus l'utiliseraient sur certains tronçons. En tout état de cause la communication officielle de la Ville ou du Sytral sur le sujet, si elle existe, n'est pas parvenue jusqu'à nous.

Beaucoup d'interrogations et de craintes donc de la part des habitants, autour de ce BUE, qui pourtant est plutôt réussi en matière d'espaces verts et d'aménagements environnementaux. A chaque questions sa solution; ne doutons pas un seul instant que les élus et services concernés tant par les questions d'éclairage, de sécurité ou d'urbanisme, saurons agir avec les services concernés pour que de nouveau l'éclairage fonctionne, pour que les "sudistes" utilisent une belle ligne de bus sur ce plaisant BUE, et que la question de la rue Brunel prolongée soit réglée ou soit au moins nettoyée.

Christine BERTIN - Matthieu FISCHER.